Groupe d'Entraide G.E.M.E.

1085, boul. Sainte-Foy bur. 232

Longueuil QC    J4K 1W7

450 332-4463   Sans frais : 1 866 443-4363

Troubles dépressifs


L’épuisement professionnel (burnout)

« Avez-vous déjà eu l’impression d’être au bord d’un épuisement? D’être fatigué et d’avoir utilisé toutes les réserves d’énergie de votre corps? »

Le burnout est un terme utilisé pour décrire un état de fatigue ou une incapacité à fonctionner normalement dans le milieu de travail quand les demandes dépassent la capacité d’un individu à les recevoir. De façon générale, ce terme est employé pour décrire une incapacité à gérer la pression liée au travail.

Depuis le début des années 1990, les problèmes de santé psychologique au travail augmentent de façon alarmante. Parmi ces problèmes, on retrouve l’épuisement professionnel, la dépression, le stress post-traumatique, les troubles anxieux, etc.

Selon l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes, les problèmes de santé psychologique comptent maintenant pour environ 40 % des prestations d’invalidité (jusqu’à 60 % dans certains secteurs d’emploi), contre 18 % en 1990.

Voici des situations dans lesquelles nous sommes plus susceptibles de souffrir d’épuisement professionnel :

  • Lorsque nous pensons que nous devons accomplir tous les objectifs que nous nous sommes fixés. Viser des buts très élevés peut nous amener à nous dépasser, mais peut également augmenter le risque d’échec, surtout si on a tendance à considérer que l’atteinte des objectifs est une obligation.
  • Lorsque les attentes très élevées de votre employeur augmentent la pression sur vous. Si cette pression psychologique s’échelonne sur plusieurs mois voire des années, elle crée un stress chronique. Sans que vous vous en rendiez compte, vous vivez dans un état d’alerte quasi constant qui, insidieusement, vous épuise.
  • Le désir de bien faire les choses est stimulant, mais si ce même désir se transforme en un perfectionnisme acharné, cela  peut être un signe d’un manque de confiance en soi et/ou d’une peur des réprimandes de votre entourage ou de votre supérieur. Le perfectionnisme et le manque d’estime de soi sont deux facteurs déterminants dans l’épuisement professionnel puisqu’ils nous poussent à vouloir en faire toujours plus, mais avec le sentiment de ne jamais en faire assez.
  • Si vous travaillez très fort pour vous faire accepter et pour atteindre les objectifs imposés et que ces objectifs ne sont pas atteints, il est possible que vous en preniez toute la responsabilité. Peut-être y aurait-il d’autres facteurs à considérer dans l’organisation de votre milieu de travail,  comme des attentes irréalistes ? Si vous n’osez pas en parler à votre supérieur, vous risquez d’exiger beaucoup trop de vous-même et de vous épuiser.
  • Persévérer à accomplir un travail pour lequel vous ne croyez pas avoir la capacité ou les aptitudes entraîne une peur constante de ne pas atteindre les objectifs. S’agit-il d’un manque d’estime de soi ou d’une incapacité réelle à ne pouvoir mener à terme un projet ? Vivre dans la peur perpétuelle d’un échec, d’un rejet ou d’un abandon est très exigeant. Parlez-en à une personne de confiance !
  • Vous subissez du harcèlement psychologique de la part d’un employé ou de votre patron ? Trouvez une personne ressource de confiance pour en parler. Il est très important d’obtenir le respect de votre entourage. Rester dans cette situation de harcèlement peut vous détruire. Sortez de cette impasse !
  • D’autres problématiques telles qu’un manque d’autonomie ou de reconnaissance au travail, des conflits, etc. peuvent créer un déséquilibre menant vers l’épuisement.


La dépression

Souvent appelée la maladie de l’âme, la dépression est l’un des troubles de santé mentale les plus fréquents. Selon Santé Canada, environ 11% des Canadiens et 16% des Canadiennes souffriront d’une dépression majeure au cours de leur vie.

Cette maladie peut vous empêcher de fonctionner dans votre vie quotidienne et avoir des effets négatifs sur votre santé physique.

Elle se caractérise par une grande tristesse ou une grande irritabilité, une perte de motivation, une impression de ne pas avoir de valeur en tant qu’individu et par un sentiment de désespoir. La personne n’a plus d’intérêt pour des activités autrefois appréciées. Elle a des pensées telles que : « Je suis nulle », « Je n’y arriverai jamais. » Où « Je me déteste ».

La dépression survient généralement sous forme de périodes dépressives qui peuvent durer de 2 semaines à plusieurs années, voire toute la vie. Elle sera qualifiée de légère, modérée ou grave (majeure), selon la gravité des symptômes.

Cette maladie affecte l’humeur, les pensées, les comportements et le corps. Une personne qui souffre de dépression est plus vulnérable aux rhumes et aux autres infections, car son système immunitaire est affaibli.

Voici quelques symptômes :

  • tristesse, se sentir malheureux et démoralisé
  • une perte du plaisir en général (pour toutes les activités)
  • perte ou prise de poids
  • sentiment de dévalorisation et de culpabilité excessive
  • insomnie ou excès de sommeil
  • grande irritabilité ou attitude agressive inhabituelle
  • sensibilité émotionnelle excessive, larmes fréquentes
  • manque de concentration, difficulté à prendre des décisions
  • baisse de la libido
  • maux de tête, douleurs au ventre ou au dos
  • pensées morbides ou suicidaires


Déprime ou dépression?

Nous sommes tous appelés à vivre des périodes de tristesse, d’ennui ou de mélancolie dans notre vie. Les émotions que l’on vit suite à la mort d’un proche, d’un divorce, ou le sentiment d’échec si nous avons des ennuis reliés au travail, sont tout à fait normales. Par contre, si ces états émotionnels persistent exagérément et reviennent chaque jour sans raison particulière, il peut s’agir d’une dépression.

Peut-être avez-vous l’impression que la dépression vous tombe dessus, sans raison, que vous avez tout pour être heureux et pourtant… la maladie est un message du corps, venez en parler, vous y trouverez des pistes menant progressivement vers un mieux-être.