Ma nouvelle vie


La vie m’avait donné l’amour, de bonnes études, un travail, un époux qui m’aime, ainsi qu’une maison. Tout ce dont je rêvais. Mais il y avait toujours un petit quelque chose qui n’allait pas. Un jour, à la suite de plusieurs événements marquants dans ma vie, tout s’est écroulé du jour au lendemain. Le noir total.


Paniques après paniques mes journées se résumaient à cela. Le diagnostic tombe : agoraphobie avec trouble panique important à la suite d’un épuisement professionnel et du décès de mon père. Je me suis mise à avoir peur de tout. Incapable de rester seule, peur que la porte sonne, peur que le téléphone sonne, peur de la visite, peur de ce qui se passe à la télévision, peur de ce que je lis. « L’ENFER ». J’ai été huit ans sans pouvoir sortir de la maison sauf pour aller chez le médecin.


J’ai passé quatorze ans sans jamais rester seule. Pendant huit ans à la maison, j’ai voulu disparaître pour délivrer ceux que j’aime de ma présence. J’ai perdu confiance en moi, l’estime de moi, le respect de moi-même, mon indépendance, ma liberté. Du jour au lendemain, je dépendais absolument de tout le monde. Je ne me reconnaissais plus. J’étais rendue en enfer, dans le tunnel noir, mais toujours en vie. J’ai tenu le coup grâce aux gens qui m’aiment autour de moi. Ils me donnaient un petit grain d’espoir auquel je m’accrochais.


Et puis G.E.M.E. arrive dans ma vie. Douze ans de psychothérapie m’ont aidé à démêler les choses dans ma tête. G.E.M.E, m’a donné ce qui me manquait : de l’amitié, mais surtout une autre chance dans la vie. Je n’oublierai jamais ma première visite à G.E.M.E. : la terreur. Mais ça valait la peine!!!


De semaine en semaine, je me sentais mieux, plus confiante. Je faisais tout ce qu’on me suggérait; les trucs, les expositions, les sorties, les thérapies et l’atelier « Pas à pas ». J’allais mieux. Tout le monde autour de moi voyait la différence. J’ai appris à parler avec le coeur au lieu de ma tête. Dans le coeur sont les vraies choses. Je ne voulais plus porter de masque de la femme parfaite.


Je me suis remise à avoir confiance en moi, à avoir de l’estime de moi et à m’aimer. Grâce à G.E.M.E., je sors de chez moi, j’ai décidé d’avoir un deuxième enfant, je reste des journées entières à la maison seule. Je vais au restaurant. Un vrai miracle! Une seconde vie, une seconde chance. J’en profite au maximum. J’apprécie ce que la vie me donne. Le mieux dans tout ça, c’est que je me sens beaucoup mieux qu’avant avec moi-même. Aller à G.E.M.E. fut le plus beau cadeau que je me suis fait à moi-même et à ma famille. Merci à G.E.M.E. de m’avoir aidée à retrouver cette vie perdue.


Sylvie, Groupe de Pointes-Aux-trembles


Je ne sais pas ce qu'il serait advenu de moi sans le support de G.E.M.E. et des ateliers auxquels j'ai participés. J'ai fait beaucoup de prises de conscience. J'ai réalisé tous les bienfaits d'un groupe de parole, au point de donner une nouvelle direction à ma vie. Merci aux participants et à toute l'équipe.


Lynn, Groupe de Longueuil jour

J’ai dû arrêter de travailler car j’étais épuisée, je manquais de concentration, de mémoire, de sommeil et je tremblais tout le temps. J’étais dans le creux de la vague, comme on dit. C’est difficile, pour une battante comme moi, de s’approprier le mot « dépression ». Comment réussir à m’en sortir ? Voir une psychologue ne me suffisait pas parce que :


« Être écoutée, c’est bien ; être comprise, c’est mieux »


C’est ce que j’ai trouvé chez G.E.M.E. Dès la première rencontre dans mon groupe de soutien, j’ai réalisé que je n’étais pas la seule à ressentir ces malaises / ce mal être. Il devenait possible d’apprendre des trucs pour diminuer les effets néfastes causés par mon anxiété. Je trouvais enfin des moyens pour m’en sortir.


Au fil des semaines, des sourires échangés, des amitiés nouvelles, j’ai commencé à me sentir mieux. Certaines personnes ont quitté le groupe, avec le sentiment d’avoir gagné. Moi, je suis restée.


Maintenant, je coanime dans mon groupe de soutien. Cette activité bénévole contribue à ma guérison et à ma solidité émotive. C’est ma façon de redonner à G.E.M.E., tout en aidant les autres.


Pendant mon arrêt de travail, j’ai fait du bénévolat au bureau d’administration de G.E.M.E. Ce fut une douce réadaptation, à raison d’une demi-journée par semaine. Bientôt, je reprendrai mon boulot et je me sens bien préparée.


Pour l’avenir, je continuerai ma coanimation, en plus d’assister aux ateliers et conférences offerts par G.E.M.E.


Un grand MERCI aux gens de G.E.M.E. pour votre support et pour votre contribution à mon bien-être.


Diane, Groupe de Longueuil soir

Du plus loin que je me souvienne


…j’ai toujours été une personne anxieuse, angoissée et mes premières crises de panique se sont manifestées, il y a presque trois ans. Comme j’avais peur de faire des crises de panique devant les gens, je me suis coupée du monde. Je faisais de l’évitement. Ce qui m’a amené à souffrir de phobie sociale et d’agoraphobie.


Un jour, à la suggestion de mon conjoint, je me suis rendue au Groupe G.E.M.E. L’animatrice a expliqué la différence entre la panique, l’angoisse et l’anxiété et on m’a dit de mettre en pratique des trucs de respirations et l’arrêt de pensées. On m’a dit aussi qu’avec la pratique, j’arriverais à un plus grand contrôle de mes crises. Je l’écoutais parler et je me disais : « Ben, voyons donc, voir si un élastique et des respirations va m’aider tant que ça. J’étais très sceptique.


Et bien aujourd’hui, je peux vous affirmer qu’avec les rencontres, les outils, les trucs, les activités, le support, l’amitié, la chaleur humaine, j’ai réussi à faire de petits pas qui m’ont amené à de belles victoires et à devenir une personne « formule améliorée ».


Une personne importante qui prend soin d’elle, qui se gâte, qui prend une peur à la fois et essaie de l’apprivoiser afin d’avoir une meilleure qualité de vie.


Dernièrement, j’ai commencé à animer des droits de parole, à coanimer des rencontres. J’essaie aussi de participer aux activités en tant que bénévole. Cela m’apporte beaucoup. Pour moi, ce sont de belles victoires. Merci à G.E.M.E. d’être là !


En terminant, je veux vous dire à quel point j’aime la personne que je suis devenue. Je vous souhaite à tous un aussi beau cheminement vers un mieux-être, vous en valez la peine. Je vous laisse avec une pensée que j’aime beaucoup.


Ce que tu fuis te poursuit
Ce à quoi tu résistes, persiste
Ce à quoi tu fais face, s’efface


Jocelyne, Groupe de Longueuil soir

Mon cheminement


À l’âge de 15 ans, j’ai obtenu mon premier emploi d’été comme hôtesse dans un centre culturel. À l’époque, je me disais nerveuse et très timide. Par exemple, lorsque je pensais que l’on pouvait m’observer pendant que je servais un breuvage à un client, mon coeur s’affolait et mes mains tremblaient. J’avais terriblement honte.


Comme j’avais très peur de déplaire, je travaillais très fort, j’étais toujours très polie, dévouée, discrète et surtout je ne contredisais personne. Tous pouvaient compter sur Joanne, sauf Joanne elle-même. Plus tard, mon intérêt pour le milieu médical m’a amenée à devenir hygiéniste dentaire. La théorie me passionnait, mais la pratique était vraiment souffrante. J’appréhendais que les gens se rendent compte de ma nervosité ce qui me faisait perdre tous mes moyens.


En plus des tremblements et de l’augmentation du rythme cardiaque, j’avais l’impression que mes jambes étaient toutes molles, j’avais des étourdissements, ma voix était tremblotante et ma vue brouillée. En d’autres mots, je me sentais confuse et je ne me souvenais plus de choses très simples, car la panique s’emparait de moi. J’avais peur de perdre totalement le contrôle.


Dans ma tête, il y avait constamment cette petite voix qui me disait : «Si tu ne travailles pas assez vite, ton patron dira que tu n’es pas bonne. Si tu ne remplaces pas ta compagne de travail lorsqu’elle te le demande, elle va penser que tu es paresseuse. Tu dois être efficace, gentille, polie, de bonne humeur, et ce, en tout temps.» Il y avait aussi la grosse voix intérieure qui répétait sans cesse : «Fais attention, tes mains tremblent, ta tête tremble, il ne faut surtout pas que cela paraisse. S’il fallait que quelqu’un se rende compte à quel point tu es nerveuse, tu aurais l’air d’une vraie folle et tu paraîtrais incompétente.»


De l’adolescence jusqu’à l’âge de 35 ans, j’ai souffert de ce mal sans nom. J’avais tellement peur du jugement des autres que j’ai dû arrêter tour à tour la plupart de mes activités et même mon travail. Je pouvais trouver toutes les excuses possibles afin d’éviter les situations où j’entrevoyais la possibilité de ressentir des symptômes.


Aujourd’hui, je peux vous assurer qu’il est possible de se sortir de cet enfer. Après vingt années de consultations médicales, aucun médecin n’avait pu mettre le doigt sur ce qui m’empêchait de fonctionner. Puis, un jour, un généraliste a enfin réussi à poser un diagnostic : « phobie sociale avec trouble panique ». Enfin, je pouvais mettre un nom sur ce qui causait mes symptômes et aller chercher l’aide appropriée.


J’ai adhéré au Groupe d’Entraide G.E.M.E., j’ai suivi des thérapies individuelles et de groupe et j’ai lu beaucoup sur le sujet. Suite à toutes ces démarches, ma vie a pris une toute autre couleur. Je n’aurais jamais cru qu’on puisse en venir à améliorer sa qualité de vie à ce point. C’est donc ce qui m’a amenée à vouloir aider les gens souffrant de troubles anxieux. Je suis donc retournée aux études à l’UQAM afin de parfaire mes connaissances. Aujourd’hui, c’est avec plaisir que j'interviens auprès des personnes qui désirent augmenter leur estime d'eux-mêmes, diminuer leur stress, vaincre le trouble panique ou encore régler une ou des phobies.


Maintenant, mes journées ne sont plus dictées par mes peurs, mais par mes goûts. Comme tout le monde, il m’arrive encore de vivre des situations qui me causent de l’anxiété, mais heureusement, je suis bien outillée pour y faire face. Je souhaite à tous les gens vivant avec des symptômes d’anxiété de trouver le même bien-être que moi.


Joanne Fournier, Intervenante psycho-sociale chez G.E.M.E.
http://www.lesphobies.com/



Pour moi c'est précieux


Comme vous, j’ai connu l’angoisse, la panique, ce mal qui nous hante du matin au soir. Ce mal qui m’a rendu aveugle de toutes ces belles choses qui m’entouraient. Ce mal qui m’a rendu sourde au point de ne pas entendre ceux qui voulaient m’aider. Ce mal qui me paralysait au point de ne plus aller nulle part, ni vers personne.


Puis, je me suis repliée sur moi-même, je me suis longtemps apitoyée sur moi-même et j’ai tellement pleuré sur mon sort.


Ce qui n’allait pas avec moi surtout ; c’est que j’étais complètement absorbée par cette chose encombrante – MOI-MÊME.


Et puis, un petit miracle s’est produit :


Quand je me suis assise pour la première fois devant un groupe de gens souffrant du même mal que moi, j’ai eu PEUR, c’est vrai, mais après seulement quelques instants j’ai compris ; je leur ai offert mon plus beau sourire et j’ai dit que comme eux, je souffrais.


Alors, il s’est produit quelque chose de presque magique, j’ai voulu leur apporter l’espoir, cette partie de moi qui avait le courage de continuer.


J’ai vu leurs yeux, j’ai senti leur coeur et j’ai su que j’étais là où je devais être. J’ai commencé à m’oublier pour écouter vraiment. À sortir de mon petit moi pour aller vers la plus grande richesse qui soit : LES AUTRES.


Et vous savez, l’amour pour nos semblables, tout comme l’enthousiasme, ça ne s’apprend pas ; « ça s’attrape ».
J’ai pu constater tellement de fois des changements subtils au début, et par la suite tellement évidents quand l’ouverture s’est créée.


Vous dire ce que cela représente pour moi d’animer est presqu’impossible.


Ce que je ressens à chaque fois est si intense et si spécial que je remercie la vie de m’avoir permis de souffrir pour mieux comprendre.


Et quand je vois à l’intérieur de nos groupes une personne s’ouvrir à une autre et franchir semaine après semaine ces barrières qui l’empêchent d’apprécier, de voir, de goûter, d’entendre, quand je vois son regard se transformer, je sais combien pour moi…


…C’EST PRÉCIEUX.


Linda Bertrand, Co-fondatrice de G.E.M.E.


Témoignages écrits de participants

Groupe d'Entraide G.E.M.E.

1085, boul. Sainte-Foy bur. 232

Longueuil QC    J4K 1W7

450 332-4463   Sans frais : 1 866 443-4363